Le Phénakistiscope

A la seule lecture du nom Phénakistiscope, j’en connais certains qui se poseront la question : « ça mange quoi l’hiver cette bestiole ? » Pas d’inquiétude, la bébête n’est pas méchante, ne mange rien même s’il est vrai qu’elle prote un nom barbare…

Le phénakistiscope est un des premiers appareils permettant de voir des images en mouvement et un précurseur du cinéma. Il a été inventé par le belge Joseph Plateau en 1832. Le mot « phénakistiscope » est formé du grec phenax -akos « trompeur », et skopein « examiner ». Intéressante étymologie, si intéressante que l’ion ne peu que la mettre en lien avec cette citation d’un cinéaste français : « Le cinéma c’est l’art du mentir »

Le mouvement d’une scène est découpé en 10 à 12 étapes qui sont disposées sur la circonférence d’un disque en carton et séparées par des fentes.

Pour utiliser le phénakistiscope, il faut positionner un miroir face aux illustrations, se placer au dos du carton et regarder par une des fentes le reflet tout en faisant tourner le disque.

Les fentes ne laissent apparaître les images fixes que lors d’un court instant à la manière de l’obturateur d’un projecteur et grâce à la persistance rétinienne le mouvement se forme.

Atelier : fabrication d’un phénakistiscope

Matériel nécessaire :
– du papier cartonné blanc
– du papier cartonné noir
– un compas
– des crayons de couleur, feutres
– des ciseaux ou un cutter
– de la colle
– un pic à brochette en bois
– un bouchon de liège, coupé en deux

Pour réussir un phénakistiscope :
– chaque dessin doit changer petit à petit,
– chaque dessin doit être placé à égale distance des fentes percées,
– la dernière image dessinée doit s’enchaîner avec la première qui a été faite.

Étape 1
Tracez et découpez un cercle de 25 cm de diamètre dans du papier cartonné noir.
Délimitez 10 ou 12 repères pour les fentes tout autour du disque et les découper à l’aide d’une paire de ciseaux ou d’un cutter (0.8 mm de large sur 4 cm de haut). L’espacement entre chaque encoche doit être identique.
À partir du même modèle, répétez l’exercice sur le papier cartonné blanc.
Pour faciliter l’étape 2, on peut tracer une ligne au crayon noir qui fait le tour complet du disque.

gabarit-phenakistiscope-12

Étape 2
Il s’agit maintenant de dessiner chaque étape de l’animation imaginée (un ballon qui se gonfle, un personnage qui marche…) sur le disque de papier blanc, en tenant compte des repères délimités dans l’étape 1.
Enfin, assemblez les disques en les collant. Percez en leur centre.
Fixer le premier morceau de bouchon à 2 cm de l’extrémité du pic en bois. Faites passer le pic en bois en travers du disque et utilisez le second morceau de bouchon pour fermer le pic.
Veiller à ne pas trop enfoncer les deux morceaux de bouchon afin que le disque puisse tourner. Placez-vous devant un miroir, il ne vous reste plus qu’à observer l’animation.

Phénakistiscope Muybridge

Modèles de phénakistiscopes originaux

%d blogueurs aiment cette page :